Nourrir l'estime de Soi
Nourrir l'estime de Soi

 

La blessure d’humiliation & le masque du masochiste

 

Avoir cette blessure ne signifie pas avoir toutes les caractéristiques ci-dessous!
Vous pouvez juste utiliser ce descriptif comme une base  pour pouvoir identifier la blessure, l’accepter sans culpabilité, la remercier, l’aimer et la transmuter. Ce cheminement de la pensée, correspond au processus Ho’oponopono.

Les personnes souffrant de cette blessure ont un grand besoin de nourrir leur estime d'elles même.
Formulation d’une demande Ho’oponopono : “je demande de l’aide à l’univers pour être bienveillante envers moi d'abord"

 

 

La honte

  • Grande culpabilité : la personne ne mérite pas de se faire plaisir. Elle croit ne mériter que de la souffrance.
  • Elle se blâme ou blâme l’autre. Elle se sent humiliée et/ou humilie l’autre. Elle se sent humiliée de se faire abuser de sa disponibilité à l’autre.
  • Elle se sent indigne d’attention et ressent facilement du dégoût. Elle peut même devenir  malveillante envers elle même!
  • Elles s’arrange pour être le bouc émissaire (la victime sauveuse). Elle se place comme tampon entre 2 personnes. C’est une situation parfaite pour s’entourer d’une couche de protection.
  • Elle a un rythme plutôt lent, pour tout bien ressentir, mais s’en sent honteuse.

 

Souvent lié à la mère ou au parent montrant à l’enfant la propreté

  • L’éveil de la blessure se produit lorsque l’enfant sent que son parent a honte de lui, ou a peur d’avoir honte lorsqu’il est sale ou quand il fait une bêtise… 
  • Fusion à la mère : l’enfant cherche à n’avoir que des désirs qui plairont à maman. La personne a ensuite  de la difficulté à être en contact avec ses vrais besoins.
  • Hypersensibilité : la personne se sent coupable lorsque ses proches sont malheureux. Elle se sent responsable du bonheur des autres. Elle est ainsi à l’affût des ressentis des autres et s’écarte encore de ses vrais besoins. Elle se crée facilement des obligations. Plus elle en prend sur son dos, plus elle grossit.

 

L’alimentation

  • La nourriture est son principal moyen compensation, puisqu’elle ne nourrit pas ses vrais besoins. Formulation d’une transmutation Ho’oponopono : “Merci à mon âme reliée à l’univers de transmuter :” 
    • “Je mange pour me permettre de tenir la tête hors de l’eau.”
    • en “J’apprends à nourrir mes vrais besoins.”
  • La personne quoiqu’elle ait mangé, croit qu’elle a trop mangé. Ainsi l’univers imprime ce “trop” dans son corps. Plus elle se sent coupable, et plus son corps grossit. 
    • Formulation d’une gratitude Ho’oponopono : “Merci à cette nourriture de m’apporter autant de plaisir à me sentir pleine et comblée.”
    • Formulation d’une transmutation Ho’oponopono : “Merci à mon âme reliée à l’univers de transmuter :
      • “Je m’offre du plaisir immédiat en mangeant”
      • en “J’apprends à traverser un temps d’inconfort, à différer mon plaisir, pour satisfaire mon vrai besoin.”
  • La personne ressent facilement de la culpabilité et de la honte vis à vis de la nourriture. Formulation d’un pardon Ho’oponopono : “Je me pardonne de m’infliger toute cette honte et toute cette culpabilité parce que je mange trop.”

Peur associée : la liberté

La personne à peur de se trouver sans limites dans le “trop.” Elle contrôle cette peur en se créant des contraintes et des obligations :

  • Elle se rend utile pour cacher sa blessure dont elle a honte. Le personne fait à la place de l'autre. Elle a mal au dos.
  • Ça l’emprisonne.
  • La personne ne répond pas à ses vrais besoins.
  •  Elle peut s'entraîner à attendre qu'on lui demande de l'aide.