Prenons de la hauteur,

ne prenons plus rien de manière personnelle

Acceptons nos émotions


Lâchons les histoires que nous nous racontons :

  • Acceptons que l'autre fait toujours du mieux qu'il peut, avec son niveau de conscience. S'il ne grandi pas, il a ses raisons... ne cherchons rien, juste acceptons le, tel qu'il est.
  • Lâchons la vibration de la victime en nous, qui attire les bourreaux autour de nous.
  • Osons lui dire "non", depuis un espace qui dit "oui" à ce que nous sommes, en ouverture. Autorisons nous à prendre notre place, celle d'où nous pouvons rayonner. Nous y avons droit du fait que nous sommes en vie.
  • Ainsi nous entrons dans la tolérance et l'amour.
  • Nous avons tous raison, depuis notre point de vu.

Ainsi nous faisions le choix de :

- nous détacher de notre corps de souffrance qui voit le rejet, l'abandon, l'humiliation, l'injustice et la trahison

- créer avec nos pensées pacifiées, une humanité en paix

 

Acceptons la perfection de l'intelligence de l'univers

 

L'univers met sur nos chemins, les parfaites expériences pour que nous nous libérions :

- de notre corps de souffrance créateur,

- de la victime en nous, pour que nous trouvions les ressources en nous de nous en sortir : la confiance en nous et la confiance en la vie- les sentiments de :

  • de culpabilité/ "je ne mérite pas"
  • humiliation-honte/ indignité,
  • rejet/fuite de son corps pour ne pas ressentir la souffrance
  • abandon/ "je ressens une immense tristesse à être seul-e"
  • trahison/ "je ressens un fossé immensément profond entre l'autre et moi"
  • injustice/ "je fais appel aux lois pour nourrir ce besoin de reconnaissance"

ne sont que des illusions qui nous font souffrir certes, mais

  • j'ai de la valeur de par la vie qui m'anime !
  • l'autre à de la valeur de par la vie qui l'anime!

Surtout lorsque je me sens honteuse, il m'est demandé de faire ce chemin de l'amour et de m'aimer

Surtout lorsque je me sens coupable, il m'est demandé de faire ce chemin de l'amour et de m'aimer

 

 

Relions nous à notre propre cœur lumineux et contactons le cœur lumineux de l'autre, quoique nous ressentions. Reconnectons nous à la vie, à nos cœurs innocents en expérimentation quoique nous ressentions, voilà le chemin de l'Amour! 


Extrait de "la porte secrète conte initiatique" de Bernard Groom

"L'inquisiteur malveillant présent dans tes pensées t'a persuadé que le Roi t'avait jugé et condamné. mais c'est nous qui avons cru en cette idée d'un juge impitoyable, le Seigneur courroucé avide de se venger. Le Roi, qui est Amour, est incapable d condamner. il voit sa propre innocence resplendir dans le cœur de tous, et cette pureté ne peut être effacée par quoi que ce soit que les habitants pourraient faire dans le domaine. (...)

 

Tu dois apprendre à ne pas te condamner puisque lui-même ne le fait pas. Ton Roi éprouve de l'Amour pour toi, quoi que tu penses être ou avoir fait. Si cela te paraît plus facile à admettre, considère qu'il t'a déjà jugé et qu'il t'a déjà déclaré parfaitement digne de son Amour et c'est tout ce dont tu dois te souvenir. Le jugement dernier du bon Roi fut son acceptation parfaite de Son peuple, dont il est le seul à connaître la perfection.(...)

 

Tu ne peux rien faire pour t'améliorer aux yeux de l'Amour, car il sait que tu es parfait. Il ne s'agit pas, bien sûr, de ton individualité imparfaite, concédée par le Démiurge, et qui n'a guère d'importance, mais de ton véritable Soi. Tu dois apprendre à te détendre maintenant, à accepter l'état de perfection qui est ta véritable nature, et arrêter de te tourmenter autant et de croire que tu mérites d'être exilé du Royaume."

Considérons que ce roi et ce Démiurge sont à l'intérieur de nous !

 

 

Extrait de 'La puissance de la joie" de Fréderic Lenoir "Spinoza rappelle que l'être humain ne naît pas libre, mais qu'il le devient au terme d'un effort rationnel de connaissances des causes de ses affects et de ses idées. (...)

 

Pour gagner en liberté, et donc en joie, il faut apprendre à briser les chaînes de notre esclavage intérieur. Car bien souvent, nous sommes d'abord esclaves de nous-mêmes, et savoir cela est un antidote à la victimisation. Il est tellement plus simple d'incriminer les autres de tous nos problèmes! (...)

 

Rien n'est plus important que d'accomplir ce patient travail sur nous mêmes : nous affranchir de nos tyrans intérieurs, non seulement pour parvenir à la joie mais aussi pour améliorer le monde.(...)

 

Chaque progrès sur la voie de la libération conduit à la joie. nous en faisons tous l'expérience : plus on se libère de ce qui nous aliène, plus on est joyeux. (...)

 

Une fois qu'il est en pleine connaissance de lui même, et en juste orientation de son désir propre ; une fois qu'il est devenu parfaitement autonome, l'être humain est plus que jamais utile aux autres et capable d'aimer de manière juste. en effet, nous dit Spinoza, on ne peut bien s'accorder aux autres que si on s'est déjà accordé avec soi-même. tous les conflits, quels qu'ils soient, proviennent des passions. Un être humain, qui est parvenu à surmonter ses passions, à les transformer en joies actives, ne peut plus nuire à autrui. Il a vaincu en lui l'égoïsme, la jalousie, l'envie, le besoin de dominer, la peur de perdre, le manque d'estime de soi, bref tout ce qui crée les conflits entre les individus et les guerres entre les peuples. (...)

 

Ou, pour le dire autrement, en reprenant cette magnifique formule de Gandhi : c'est en se changeant soi même qu'on changera le monde. La véritable révolution est intérieure. (...)

 

Ce chemin vers la joie peut sembler ardu, difficile, presque inaccessible. et sans doute le serait-il si nous l'imaginions comme un basculement instantané, un passage éclair antre un avant et un après. en réalité, c'est un cheminement progressif. La joie parfaite n'est pas une récompense que l'on gagne au terme du parcours : c'est une grâce qui nous accompagne tout au long de ce chemin de liberté et d'amour; Certes, le but  de ce chemin est l’Éveil, la réalisation de soi dans laquelle l'ego est définitivement transcendé, ce qui procure une joie permanente. Mais tout au long du chemin, nous vivons déjà des joies pures chaque fois que nous mettons de côté, même ponctuellement, notre mental et notre ego, chaque fois que nous franchissons une étape importante, que notre conscience s'élargit, que nous sommes mieux accordés à la mélodie du monde.

 

Pour la plupart d'entre nous, l’Éveil est une expérience graduelle; nous ne sommes pas subitement illuminés, tel le Bouddha, mais nous cessons progressivement de nous identifier à notre ego, nous apprenons à écarter de vouloir tout contrôler, nous sommes de plus en plus nous mêmes et dans des relations plus justes avec les autres. Chaque pas en avant nous libère un peu plus, ouvre davantage notre cœur et agrandit la puissance de notre joie. "